Électr’opéra
Musique : Zack Settel
Conception et mise en scène : Pauline Vaillancourt
CRÉATEURS

Zack Settel, musique | Pauline Vaillancourt, conception et mise en scène | Pauline Vaillancourt, Martin Boisjoly, scénographie | Yves Labelle, vidéo | François Roupinian, éclairages | Jacques-Lee Pelletier, maquillages | Caroline Mercier, costumes | Johanne Madore, chorégraphie| Alain Cadieux, conception et réalisation de la sculpture | Sylvie Boucher, conception et réalisation de la momie et de la prothèse

INTERPRÈTES

Pauline Vaillancourt, soprano | Jean Maheux, comédien, baryton

PRÉSENTATIONS

8, septembre 2000, Musée d’art contemporain de Montréal, création
9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23 septembre 2000, Musée d’art contemporain de Montréal

REPRISE
Photos
À PROPOS DE L’ŒUVRE

2007 — Finaliste Prix Opus  dans la catégorie: Enregistrement discographique de l’année DVD/Vidéo

Invitée en résidence par le Musée d’art contemporain de Montréal en septembre 2000, Pauline Vaillancourt s’est inspirée d’un fait réel pour créer cet Électr’opéra métaphorique sur le double et le passage du temps. L’Enfant des glaces, cette momie victime d’un sacrifice rituel Inca est découverte au sommet des Andes, à la fin du XXe siècle.

Zack Settel signe la musique électroacoustique en temps réel. La spatialisation du son crée un corps sonore et l’utilisation de logiciels modifiant la voix en temps réel soutient le drame.

Deux courts poèmes de De Nerval et de Quevedo — traduits en arménien, japonais, perse, russe, finnois et pular — deviennent des matériaux sonores modifiés et fragmentés.

La vidéo de Yves Labelle, projetée sur un écran d’eau, supporte la scénographie comme décor électronique.

À travers les nuages chassés par le vent, je vis plusieurs lunes qui passaient avec une grande rapidité. Je pensai que la terre était sortie de son orbite et qu’elle errait dans le firmament comme un vaisseau démâté se rapprochant ou s’éloignant des étoiles qui grandissaient ou diminuaient.
Gérard de Nerval

Hier s’en est allé, demain n’est pas encore; Aujourd’hui passe sans le moindre répit: Je suis un, Il Fut, Il Sera, Il Est, bien las.
Francisco de Quevedo

VIDEOS
ARTICLES LIÉS