L’événement numérique
Réalisation : Manuel A. Codina et Pauline Vaillancourt
L’ÉQUIPE

Réalisation : Manuel A. Codina et Pauline Vaillancourt 

Mise en scène : Pauline Vaillancourt  | Assistance à la mise en scène : Marianne Thériault 

Musique : Zad Moultaka (extrait de l’opéra L’orangeraie) | Texte: Larry Tremblay (extrait du livret de l’opéra L’orangeraie)

Costumes et régie :  Marianne Thériault | Maquillages : Jacques-Lee Pelletier | Son : Frédéric Auger | Répétiteur : Francis Perron

INTERPRÈTES

Nicholas Burns, contre-ténor | Geoffroy Salvas, baryton | Stéphanie Lessard, soprano | Jacques Arsenault, ténor |  Arthur Tanguay-Labrosse, ténor | Stéphanie Pothier, mezzo-soprano | Dion Mazerolle, baryton | Dominic Veilleux, baryton-basse | Sébastien Ricard, comédien

Nouvel Ensemble Moderne (NEM), Lorraine Vaillancourt, direction musicale

PARTENAIRES

Coproduction avec le Nouvel Ensemble Moderne

PRÉSENTATION

Janvier 2021, webdiffusion

Photos
À PROPOS DE L’ŒUVRE

Chants Libres propose ici au public de découvrir l’essence d’une création opératique avec ce prélude. Cet événement numérique, hors-norme, s’inscrit réellement dans notre ADN. Et ce, tant au niveau de la création que de la recherche. On espère que les spectateurs pourront ressentir ce que vit le milieu lyrique privé de parole, tout en donnant un avant-goût de notre prochain opéra.

– Pauline Vaillancourt

Chants Libres joue sa partition et se déjoue des pages manquantes !

Le report de la création de L’orangeraie nous a donné une occasion de filmer un Prélude à l’opéra dans un Monument-National déserté. Cet événement numérique, inspiré de quelques extraits de l’opéra et teinté des contraintes imposées à la scène artistique, sera diffusé sur le web en janvier 2021.

Pensé, mis en scène par Pauline Vaillancourt et coréalisé avec Manuel A. Codina, ce prélude explore le manque dans toute sa dimension scénique.

À cet effet, Mikaël, auteur et personnage clé de l’œuvre, nous accompagne dans un décor minimaliste. Interprété par le comédien Sébastien Ricard, armé des mots de Larry Tremblay et de la musique de Zad Moultaka, il incarne le doute de l’artiste, récitant son texte et se déjouant des pages manquantes.

À ses côtés sur la grande scène du Monument-National, les musiciens du Nouvel Ensemble Moderne et les chanteur·e·s, sous la direction de Lorraine Vaillancourt, vous feront découvrir des premiers extraits de l’opéra L’orangeraie en mode « covidien ».

Proposant, in fine, une exploration collective d’un opéra « à venir » qui laisse place à l’imagination… et à l’espoir.
COMMUNIQUÉ DE PRESSE

VIDÉOS
ARTICLES LIÉS